L’accord Cameroun/UE mal accueilli par les pays voisins

L’accord de partenariat économique (APE), signé par le Cameroun en juillet 2014, est largement commenté dans la presse de jeudi. “APE Cameroun/Union européenne: c’est effectif”, titre ainsi en Une le quotidien d’Etat Cameroon Tribune, reproduisant le décret du président Paul Biya.

paul-biyaL’entrée en vigueur de l’accord d’étape se matérialisera par “l’exonération progressive des droits sur certaines catégories de produits en provenance de l’Union européenne. Le démantèlement des barrières douanières camerounaises va s’étaler sur 15 années”, a expliqué la télévision d’Etat Crtv.

“Mise en oeuvre des APE: comment Paul Biya a lâché ses pairs”, titre en Une le quotidien privé Le Messager, pour qui le Cameroun ignore “la réticence” des cinq autres Etats-membres de la Communautauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

La Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, Tchad) a souhaité la reprise des pourparlers pour un accord “complet, juste et équilibré” avec l’UE, samedi, lors d’un sommet à Malabo, par la voix du président gabonais Ali Bongo Ondimba, “parrain” des négociations avec Bruxelles.

Au vu de cet engagement régional, la décision unilatérale du Cameroun est “inapplicable”, a réagi le ministre gabonais de l’Economie, Régis Immongault. Joint par l’AFP, il ajoute que l’accord Cameroun/UE “remet en cause l’union douanière au sein de la Cémac”.

“La Cémac est une union douanière où les taux de douane sont harmonisés. De plus, elle va vers la libre circulation des hommes et des marchandises. Lorsque le Cameroun va signer seul un accord de libre-échange avec d’autres partenaires, sans que ses partenaires de la Cémac soient impliqués, comment peut-on gérer cela?”, s’interroge aussi un économiste, Dieudonné Essomba, interviewé par Le Messager.

L’UE a déjà conclu plusieurs accords de type “APE” avec les régions “Afrique, Caraïbe, Pacifique” (ACP) dont un avec 15 pays d’Afrique de l’Ouest plus la Mauritanie en 2014.

“Alors que l’UE ouvre entièrement son marché dès le premier jour, l’Afrique de l’Ouest diminuera ses tarifs douaniers sur les importations progressivement sur une période de 20 ans et seulement partiellement”, se félicitait alors l’Union européenne.

Des ONG et des économistes dénoncent au contraire un “libre-échange à sens unique” au profit de l’UE, et qui menace la fragilité des économies africaines.

 

Courtesy: Lefigaro.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*